Bruit et communication au travail
il est plus que temps d’agir !

La 4° année la Semaine de la Santé Auditive au Travail aura lieu du 14 au 18 octobre 2019. Organisée par l’association JNA, acteur de référence en matière de santé auditive, cette manifestation sera l’occasion d’alerter une fois de plus sur les dégâts quotidiens de la pollution sonore au travail et le coût social associé.

Tout particulièrement consacrée à la communication au travail et entre les individus, la manifestation mobilisera les entreprises participantes autour de solutions concrètes pour une meilleure qualité de vie au travail, afin de faire de la Santé Auditive un axe de performance en entreprise. Lors de cette semaine, la JNA va également interpeller les pouvoirs publics afin que ceux-ci modifient la législation sur le bruit au travail.

Le bruit, un danger insidieux

Aujourd’hui, en France, plus de trois millions de salariés sont exposés sur leur lieu de travail, de manière prolongée, à des niveaux de bruit potentiellement nocifs (source : Centre d’information sur le Bruit (CIDB) : Le bruit en milieu de travail).

Cette exposition prolongée est susceptible d’affecter à divers niveaux la santé des travailleurs :

  • Risque de perte auditive plus ou moins importante, allant jusqu’à la surdité ;
  • Augmentation du risque d’accidents lorsque le bruit distrait un opérateur, l’empêche de détecter un danger imminent voire couvre un signal d’alerte ;
  • Contribution à l’augmentation du stress au travail, qui survient lorsque les exigences de l’environnement de travail dépassent la capacité du travailleur à y faire face.

Pourquoi le bruit est-il un danger insidieux ? Parce que la fatigue auditive survient bien en-dessous du seuil de douleur lié au niveau sonore : alors que la douleur est perceptible aux alentours de 120 dB(A), on considère que le seuil de danger se situe dès 85 dB(A) lorsqu’un travailleur est exposé à ce niveau sonore moyen sur une journée de travail de huit heures. Pour évaluer les risques et identifier un problème de bruit au travail, il faut donc conjuguer le niveau sonore avec la durée d’exposition au bruit, pour obtenir quelque chose qui s’apparente à une « dose de bruit » reçue.

Quand faut-il agir ?

Pour faire simple, vous pouvez considérer que des mesures de prévention vont s’avérer indispensables sur votre lieu de travail dès lors que vous identifiez l’une des situations suivantes :
– votre branche d’activité industrielle est réputée bruyante (bâtiment, production de béton, etc.) ;
– l’activité génère des bruits d’impact (outils pneumatiques de démolition, coups de marteau, forgeage au pilon) ou des explosions (outils à cartouche explosive, détonateurs, armes à feu).

Contactez Nous

12 + 7 =

Strasbourg - Robertsau

+33 3 67 10 42 00

contact@dbsilence.fr

Paris - 19e

+33 1 88 32 82 95

contact@dbsilence.paris

Pin It on Pinterest

Shares
Share This

Cet article vous a plu ?

Partagez le avec votre réseau.